Bandeau
Ensemble à Gauche au Chesnay
Slogan du site
Descriptif du site
Article mis en ligne le 14 juillet 2018

Le conseil de fin de semestre, au moment de l’été juste avant le départ en vacances permet de boucler des dossiers techniques dans la perspective de la rentrée, notamment des mises à jour tarifaires, des questions relatives à la gestion du personnel et à l’organisation des services.

Le premier point (...)

Article mis en ligne le 28 juin 2018

Le conseil municipal était convoqué ce jour symbolique pour permettre à Philippe Brillault, maire du Chesnay et à son homologue de Rocquencourt de lancer un « appel à la fusion » !

En effet, l’ordre du jour du conseil avait pour point principal la présentation du projet de fusion préparé en secret par (...)

Article mis en ligne le 9 juin 2018

Les copropriétaires des résidences de Parly 2 étaient invités à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de la copropriété, à se prononcer sur un projet important.

En effet, le centre Martin Luther King, au Chesnay, faisait l’objet d’un projet d’évolution présenté par l’association diocésaine de (...)

Article mis en ligne le 6 juin 2018

Elus d’opposition au sein du Conseil municipal, à la veille de chaque réunion publique d’information organisée par notre maire, nous nous interrogeons. Quelle annonce aurait-il l’intention cette année de réserver en primeur aux Chenaysiens présents, tel un magicien sortant un lapin de son chapeau. (...)

Article mis en ligne le 6 juin 2018

Le maire débute la séance en rendant compte des lettres remerciements adressées par les représentants des associations qui bénéficient de subventions municipales. C’est l’occasion pour notre groupe de rappeler que les membres du conseil municipal ne sont pas associés à la rencontre avec les (...)

Article mis en ligne le 2 juin 2018
dernière modification le 28 juin 2018

Le 1er avril 2017, Emmanuel Tilloy (vice président d’EAGAC) nous avait concocté un article"poisson d’avril" sur la fusion de nos deux villes, aujourd’hui c’est devenu un projet sérieux travaillé en secret par nos deux maires et annoncé par Ph. Brillault, maire du Chesnay, le 17 mai lors de sa réunion (...)

Article mis en ligne le 12 mai 2018

Le budget 2018 de notre ville prévoit pour le CCAS (centre communal d’action sociale) une subvention d’équilibre à côté d’autres financements.

En effet, l’action sociale regroupe des actions diverses qui sont portées par le département, l’Etat, la commune, les associations caritatives, les citoyens (...)

Article mis en ligne le 6 mai 2018

A initiative de François Ruffin, de Frédéric Lordon et d’anciens militants du mouvement Nuit debout, une "manifestation pot-au-feu" à Paris, pour faire "la fête à Macron" a eu lieu le 5 mai entre l’Opéra et la Bastille. Une petite délégation d’EAGAC y était parmi les 40 000 participants. (...)

Article mis en ligne le 29 avril 2018
dernière modification le 1er mai 2018

Consacré au vote du budget, ce conseil municipal a examiné plus de 20 délibérations.

Après approbation des comptes administratifs, il était invité à se prononcer sur le budget primitif de 2018. Nous avons fait des observations sur ce compte administratif 2017 pour mettre en cause, non pas (...)

Article mis en ligne le 13 avril 2018
dernière modification le 1er mai 2018

Dans son éditorial de « Evènements » de mars 2018, le maire du Chesnay évoque le projet de faire payer« au réel » les prestations non obligatoires qui seraient prises en charge par la commune !

S’il met sa menace à exécution, il faudra quand même justifier les arbitrages retenus par la majorité pour le (...)



Le temple mormon
Vidéosurveillance
Thèmes de campagne 2014<br
Urbanisme
Tri sélectif
Verbatim

Un clic sur l’image centrale pour agrandir

JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG

Le 1er avril 2017, Emmanuel Tilloy (vice président d’EAGAC) nous avait concocté un article"poisson d’avril" sur la fusion de nos deux villes, aujourd’hui c’est devenu un projet sérieux travaillé en secret par nos deux maires et annoncé par Ph. Brillault, maire du Chesnay, le 17 mai lors de sa réunion publique. Nous ouvrons donc un dossier pour pouvoir suivre au "jour le jour" les progrès de ce projet de COMMUNE NOUVELLE.
Pour commencer, voici quelques liens pour se familiariser avec cette nouvelle structure.

Extraits du blog MAIREinfo Circulaire ministérielle confiée aux préfets à l’intention des maires, ici celle des Landes
TERRITOIRE CONSEIL
Créer une commune nouvelle
Le courrier des maires
Communes nouvelles, mode d’emploil

Article du 22/05 sur ACTU78 Yvelines. « Tout converge vers une fusion » entre Le Chesnay et Rocquencourt

Le Chesnay et Rocquencourt (Yvelines) pourraient bientôt ne faire qu’une. Un projet de fusion des deux communes est sur la table pour faire face aux difficultés financières.
Publié le 22 Mai 18 à 11:31

La fusion du Chesnay et de Rocquencourt (Yvelines) est peut-être pour bientôt. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le maire du Chesnay, Philippe Brillault (LR), à la fin de la réunion publique du 17 mai.

Cette annonce a ainsi levé le voile sur un projet de commune nouvelle entrepris en septembre dernier par Philippe Brillault et son homologue de Rocquencourt, Jean-François Peumery (LR).

« Nous n’avons pas souhaité communiquer tant qu’il n’y avait pas d’études et d’élus favorables », souligne l’édile du Chesnay pour expliquer cette révélation tardive.
De son côté, Jean-François Peumery se dit
« dans une position un peu défensive » même s’il est « favorable au processus ».

Plusieurs mois de réflexion

Depuis quelques mois donc, les deux élus se sont rencontrés à plusieurs reprises pour évoquer le sort de leurs municipalités. La création d’une commune nouvelle liant Le Chesnay à Rocquencourt avec une seule identité est donc le fruit de cette réflexion.
« Nous avons engagé un travail pour voir les intérêts d’une mutualisation qui généralise des compétences, explique Philippe Brillault. Et tout converge vers une fusion. »
Ce rapprochement pourrait ainsi permettre aux deux villes d’éponger leurs difficultés financières. « Il y a des pénalités très importantes pour les deux communes et nous ne voulons pas augmenter les charges pour les contribuables », souligne Jean-François Peumery.

Deux communes déjà liées

Des travaux sont encore en cours pour explorer les différentes options qui se présentent mais Rocquencourt devrait hériter d’un statut de commune déléguée en cas de fusion.

Jean-François Peumery a adressé une lettre à ses administrés, la semaine dernière, dans laquelle il annonce :
« Plutôt que de se voir imposer tôt ou tard une fusion dont nous ne pourrions sans doute pas limiter les effets faute d’en être les initiateurs, nous avons pris le parti d’engager une réflexion sur une collaboration étroite ».

« Il y a une crainte de se voir contrôlé. Une charte définira les gouvernances et les compétences de chacun, tient à rassurer le maire. Rocquencourt a une âme propre, qui n’est pas la même que le Chesnay. »
Philippe Brillault, lui, souligne les relations de longue date entre les deux villes. « La grande copropriété de Parly 2 est construite sur les deux communes et nous partageons le même code postal. » Depuis ces dernières années, les deux villes se sont d’ailleurs associées pour certains équipements publics comme la Poste ou le cimetière.
Lors du conseil municipal du 11 avril, l’élu avait aussi évoqué la mise en place d’un partenariat avec Rocquencourt concernant le secteur de la petite enfance. Les élus d’opposition avaient, quant à eux, sollicité le maire pour une fusion avec Versailles.

Un vote d’intention sera organisé en juin par les deux villes, qui communiqueront prochainement plus d’informations à ce propos. Si la fusion l’emporte, la commune « Le Chesnay – Rocquencourt » pourrait être opérationnelle au 1er janvier 2019.
Laura Frambourg

EDITO J-F PEUMERY, maire de Rocquencourt, 20 mai 2018

Rocquencourt restera Rocquencourt Edito de M. Jean-
François Peumery, maire de Rocquencourt

Au delà d’un probable rapprochement avec Le Chesnay, Rocquencourt restera Rocquencourt !

Bien chers amis,
Gare aux fausses nouvelles, aux « fake news » comme on dit aujourd’hui ! Non, le maire de Rocquencourt n’a pas du tout l’intention de se rendre tel ces fameux Bourgeois de Calais
dont il a pu côtoyer l’histoire jadis en chemise et la corde au cou, aux exigences de quelque seigneur féodal ne comptant que sur la torpeur de la pauvre cité voisine pour en avaler tout cru les malheureux sujets.

Et quoi encore !

Bien entendu, quoi qu’il advienne, Rocquencourt restera Rocquencourt. Nous tenons trop à notre identité. Pour autant, ce louable souci de préserver notre âme ne doit pas nous empêcher d’être intelligent. Et donc de rechercher, à travers une relation beaucoup plus étroite avec Le Chesnay,les moyens de faire face aux difficultés, notamment financières, qui sont les nôtres. Ici comme partout ailleurs.

A travers le projet de rapprochement avec Le Chesnay que nous sommes en train d’étudier, c’est une simple force de partage, d’échange, de mutualisation que nous cherchons à développer ensemble en nous efforçant de tirer le meilleur profit d’une coopération d’ailleurs engagée depuis de très longues années dans de plus en plus de domaines, comme chacun sait.
Ainsi, plutôt que de se voir imposer tôt ou tard une fusion dont ne pourrions sans doute pas limiter les effets faute d’en être les initiateurs, nous avons pris le parti d’engager une réflexion sur une collaboration étroite, susceptible d’offrir plus d’efficacité voire plus d’amplitude aux services respectifs rendus par chacune de nos mairies, à des coûts bien inférieurs à ce qu’ils sont devenus.Selon la loi, la création d’une commune nouvelle

Le Chesnay-Rocquencourt en l’occurrence se substituant politiquement aux municipalités intégrées, permet le maintien de communes déléguées Rocquencourt en la circonstance dotées d’un maire et d’un conseil, conservant leur hôtel de ville, exerçant des compétences propres avec le personnel, les outils et les moyens qui leur sont attribués en commun.

Rien ne changerait vraiment dans la vie de tous les jours pour chacun d’entre nous. Notre ville conserverait le service de l’état civil, la responsabilité de la police, l’évolution de l’urbanisme, la gestion de la crèche, l’entretien des écoles, l’organisation du théâtre, des équipements sportifs, de la maison des associations... Avec un souci renforcé de rationalisation et d’efficacité.Inutile de préciser qu’en tant que Rocquencourtois du Chesnay
- Rocquencourt, nous bénéficierions des services et des équipements déjà déployés par notre partenaire.
Comme les Chesnaysiens utiliseraient
les nôtres. Et que nous profiterions de l’indéniable avance acquise par notre voisine en matière d’entretien des voiries, de surveillance des locaux et surtout de sécurité des habitants. Partout, ce type de fusion ne cesse de s’étendre. Pour de semblables raisons. Avec le même souci d’équilibre et de respect mutuel. Il serait grave pour nous de poursuivre trop longtemps sur la voie d’un splendide isolement ne pouvant que nous mener à la débâcle financière du fait d’une (trop) faible pression fiscale... et de l’abandon d’un État qui ne cesse d’alléger les subventions et d’alourdir les prélèvements.

Qu’on se rassure donc ! Loin de vendre son âme, Rocquencourt s’efforce de survivre dans une société marquée par les unions, les communautés, les fédérations...comme par le gigantisme ! Ce rapprochement officiel avec Le Chesnay se veut ainsi autant une arme pour un développement tranquille aujourd’hui qu’une parade contre tout mariage forcé demain. Et la garantie que, pour longtemps, Rocquencourt reste Rocquencourt

Jean François Peumery
Maire

06/06/2018 A ce jour notre maire n’ayant pas communiqué plus que lors de cette annonce publique, c’est Claude Meunier, élu Ensemble A GAUCHE, qui nous donne des infos :

SURPRISES, SURPRISES

Elus d’opposition au sein du Conseil municipal, à la veille de chaque réunion publique d’information organisée par notre maire, nous nous interrogeons. Quelle annonce aurait-il l’intention cette année de réserver en primeur aux Chenaysiens présents, tel un magicien sortant un lapin de son chapeau.

C’est un fait assez habituel qu’à cette occasion des projets, pratiquement bouclés, soient dévoilés sans que tous les conseillers en aient été informés ni, à fortiori, invités à en débattre auparavant. Le 17 mai 2018, à cet égard, fut un cru exceptionnel et le lapin de taille. En effet la révélation de la fusion imminente des communes du Chesnay et de Rocquencourt en a été la « surprise du chef », peut-être pas pour son équipe…quoique que….Même si nous sommes des partisans de ce mariage depuis longtemps, nous ne pouvons néanmoins que nous élever contre la méthode, une nouvelle fois employée, à laquelle nous ne parvenons pas à nous habituer. Des « tractations » en catimini étaient paraît-il entamées, comme nous l’avons appris ensuite par la presse locale (merci à elle), depuis septembre dernier.

Que l’on ne vienne pas nous affirmer que le temps a manqué ou prétexter de la dangerosité pour l’aboutissement de ce projet d’un débat sur un sujet de cette importance, au sein du Conseil, ne serait-ce qu’en réunion privée. On sait nous imposer ce type de réunion, dont les échanges doivent rester confidentiels, pour des motifs de beaucoup plus futiles. Donc c’est décidé : le cadre légal sera formellement respecté sur le sujet, par obligation, mais rien de plus. Le 18 juin les Conseils de chacune des communes se réuniront séparément pour décider du principe de cette fusion association.

En cas d’accord, une réunion commune devrait se tenir au Chesnay, à une date non précisée de la rentrée, pour le premier Conseil de la future Commune nouvelle, auquel sera proposé d’en approuver les derniers détails. Le Préfet, s’il estime que les règles sont alors respectées, devra entériner ces décisions avant la fin de cette année C’est tout ? Oui c’est tout mais un point de ces détails a son importance. En effet la loi donne la possibilité d’un nouveau Conseil conjoint constitué de tous les élus des deux communes dans la limite de 69 jusqu’aux prochaines élections municipales de 2020, chiffre qui ne serait pas atteint dans le cas du Chesnay plus Rocquencourt (35+22). Des informations filtrant dans la presse (encore merci) évoquent l’existence d’un accord des maires des deux communes pour que ce nombre soit réduit à 43, option autorisée par les textes. Si cette éventualité se confirme elle amènerait automatiquement une réduction importante du nombre d’élus d’opposition durant cette période transitoire ! Vive la démocratie locale vivante !

Merci monsieur le maire.

2018-06-18 Les conseils municipaux de nos deux communes ont voté pour la fusion
En attendant la probable dénomination de cette commune nouvelle : LE CHESNAY-ROCQUENCOURT, voici une proposition de nouveau blason.

Composé par DWebmaster, ce n’est donc pas le blason officiel !

2018-06-19 Lettre des maires du Chesnay et Rocquencourt

2018-08-18 Lettre du groupe EAG avant le vote d"adhésion à la fusion

Nous avons découvert en même temps que nos concitoyens que des pourparlers étaient engagés avec le maire de Rocquencourt et son conseil en vue de la fusion de nos deux communes. C’était à l’occasion de la réunion publique que vous avez organisée. Retour ligne automatique
Aussi, sur le fond vous connaissez notre engagement pour une simplification de la gestion locale qui doit permettre plus de cohésion sur le territoire, plus d’équité. Cela doit également générer des économies et alléger le fameux mille-feuille. C’est pourquoi nous voterons en faveur de cette fusion.Retour ligne automatique
Sur la forme, une fois de plus vous avez manifesté votre mépris pour la représentation démocratique en ignorant les élus au sein de votre conseil et en engageant secrètement des négociations sans en informer le conseil municipal, y compris à la faveur d’un conseil privé qui a été programmé sur un autre sujet il y a quelque semaines. Rien ne s’opposait à une concertation en conseil privé, vous avez privilégié la voie du pouvoir personnel avec une majorité municipale qui vous est acquise sans réserve. Ce faisant vous avez sciemment ignoré que le scrutin de liste rend légitime la présence d’une opposition municipale qui ne vous est pas acquise, mais représente légitimement les habitants de notre ville. Retour ligne automatique
Ces pratiques, d’un autre âge, ne contribuent pas à promouvoir l’engagement citoyen et manifestent un mépris blessant et inutile pour les représentants élus et détenteurs d’un mandat.

Au-delà, vous voudrez bien préciser au conseil l’avancement des points de convergence en vue de la fusion, notamment au regard de la cohérence ou convergence des impôts et taxes qui relèvent des décisions des deux conseils. Ce point semble avoir été la pierre d’achoppement pour certains projets de fusion.

Pouvez-vous également apporter des précisions sur les conditions dans lesquelles des garanties ont pu être données pour lever les pénalités pour carence dans le cadre de la loi SRU (dont la presse s’est fait l’écho) ainsi que les contreparties attendues par les services de l’Etat. Quelle marge de manœuvre est restituée à la ville en matière foncière ? Retour ligne automatique
Enfin, quels gains espérez-vous, le maire de Rocquencourt et vous-même au service des habitants et quels sont vos objectifs et vos espérances dans cette négociation ?

Et toujours
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2002-2018 © Ensemble à Gauche au Chesnay - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.49