Bandeau
Ensemble à Gauche au Chesnay
Slogan du site
Descriptif du site
Décès de Jean MAILLEFER
Article mis en ligne le 7 avril 2019
dernière modification le 26 avril 2019

par WELSING Didier

Une bien triste nouvelle en ce dimanche 7 avril, Jean MAILLEFER est décédé à l’âge de 92 ans.

Né en Haute Normandie en 1926, il s’est installé avec Monique, sa femme, au Chesnay dans les années 50. Dessinateur, chef de projet pour le service départemental des bâtiments de la Seine et Oise à Versailles, nombreux sont les bâtiments officiels qu’il a fait rénover. De la planche à dessiner à la toile il n’y avait qu’un pas qu’il a souvent franchi pour peindre en aquarelle sa Normandie et les lieux qui lui étaient chers .

Il a été président de l’association protestante « Centre Huit » et a participé à de nombreuses actions solidaires, humanitaires et pour l’égalité des droits. Il aussi, avec son épouse Monique, participé aux actions militantes en faveur des femmes au cours des années 1968/70.

Le nom de MAILLEFER était très souvent présent dans de nombreuses actions sociales.

Son engagement politique au PS remonte bien avant 1983, date à laquelle on le trouve sur la liste d’union de la Gauche pour Le Chesnay.

En 1984 il est conseiller municipal, il le restera jusqu’en 1995, puis remplacera en 2000 le seul élu de Gauche démissionnaire. Il restera présent sur nos listes en tant que soutien jusqu’en 2008. En 1985 il fut candidat aux élections cantonales.

Il était notre figure de proue, le pilier soutenant les idées de Gauche, toujours ouvert au débat, hostile à l’exclusion. Un humaniste qui mettait son énergie et ses convictions au service des femmes et des hommes.

Gruchet Saint-Siméon « nos universités d’été »

A Gruchet (76) : la chaumière où ils aimaient nous recevoir pour « refaire le monde ! »

Photos DWebmaster

Toutes nos meilleures pensées accompagnent ses enfants et petits enfants dans cette épreuve douloureuse.

Didier Welsing

Le conseil municipal rend hommage à Jean Maillefer

Merci Monsieur le Maire d’avoir accordé un temps en préambule de notre conseil municipal, pour évoquer la mémoire de Jean Maillefer.
Comme c’est souvent le cas dans la vie des hommes, les évènements dont on dit qu’ils sont grands ou petits se télescopent. Bien sûr, Jean qui était de la corporation des bâtisseurs aurait été affecté de voir l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre Dame à Paris. Et bien qu’il ait été un bon protestant, il n’aurait pas pris plaisir à voir le chagrin des amis catholiques, car il avait des amis catholiques.
Jean Maillefer a été conseiller municipal, avant nous dans cette assemblée, à gauche bien sûr ! Il a conduit dans les années glorieuses, après 1968, de nombreux combats, politiques, mais aussi dans d’autres champs. En effet, il a été membre fondateur du Centre Huit à Versailles, centre de rencontre et de débat d’inspiration protestante, accueillant tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté pour faire progresser les valeurs de solidarité, de progrès social, d’égalité. Il a également exercé la présidence de l’association gérant ce centre et a favorisé l’organisation de débats qui s’y sont déroulés, débats politiques avec notamment une participation remarquée à l’époque de Michel Rocard, maire de Conflans Sainte Honorine, futur premier ministre ; mais aussi des débats sociétaux sur l’égalité entre les femmes et les hommes, l’égalité entre les personnes, genrées ou non, blanches ou non, croyantes ou non . Sa femme Monique, grande militante également décédée il y a quelques années prenait sa part dans ces engagements qui incluaient aussi un soutien au planning familial ainsi que la revendication du droit d’accès à la contraception, ce qui à l’époque, à Versailles ou au Chesnay/Rocquencourt, nécessitait obstination, énergie et indifférence au « qu’en dira t on » !
Jean fut aussi candidat aux élections départementales, à l’époque conseil général ! Il était de tous les combats honorables ! Plus tard, il exerça le rôle de sage, rieur et taquin, encourageant nos engagements par un soutien constant et une parole fiable et juste. Nous lui devons beaucoup et comme il cultivait de multiples talents, souvenons-nous qu’il était aussi aquarelliste, chanteur et théâtreux !
Nous disons à ses enfants et petits-enfants notre reconnaissance pour son action, notre soutien pendant ce temps de deuil, notre espérance pour que lutta continue dirait Eri de Luca, écrivain italien dont les ouvrages admirables doivent être disponibles à la médiathèque de notre bonne ville et dont je vous recommande la lecture !

Une célébration aura lieu au Centre Huit, 8 rue Porte de Buc, mercredi 17 avril à 17 heures, présidée par la pasteure Martine Millet, en présence de sa famille et de tous ses ami.e.s.
Claire Mourier